Rencontre entre Pierre-André De CHALENDAR, Président-Directeur Général de SAINT-GOBAIN et François LENGLET, éditorialiste à TF1, LCI et RTL le 18 décembre 2019, modérée par François EWALD

Modérée par François Ewald

Les dynamiques de la mondialisation ont longtemps véhiculé l’image de l’entreprise “globale”, implantée dans une pluralité de pays au gré des opportunités d’investissement, pour mieux servir les intérêts, non pas d’une nation, mais d’actionnaires eux-mêmes multinationaux.

Toutefois, l’actuelle résurgence de logiques protectionnistes et mercantilistes, en particulier aux Etats-Unis et en Chine n’est-elle pas en train de rebattre les cartes ? Dans un monde où les grandes entreprises chinoises et américaines affichent et revendiquent leur appartenance nationale pour mieux servir les intérêts convergents de leurs actionnaires et de leur pays d’origine, cette vision de l’entreprise apatride reste-t-elle pertinente ?

Plus encore, que peut signifier aujourd’hui avoir une nationalité pour une entreprise ? L’Europe peut-elle en fournir les conditions d’existence idoines ?

Enfin, dans un contexte marqué par la prise de conscience, au sein des entreprises, de leur responsabilité sociale et sociétale, la revendication d’une appartenance nationale ne serait-elle pas un prérequis à l’affirmation de leur “raison d’être” ?

 

Retrouvez ici les Actes des Rencontres du 18 décembre 2019